Balthazar et les Terres Blanches

Pour ce deuxième article, je voulais vous faire voyager mais sans passeport, ni vol long courrier. Où ça ? En France, pas très loin de chez nous ou de chez vous, dans des contrées plus ou moins connues, qui font la richesse de notre beau pays ! Je vous emmène ?

Balcon sur la mer – Balthazar

Balthazar

Batlhazar est en fait Catherine Lévêque-Vnuk.

Artiste contemporaine française, elle est née dans le Rhône, à Villefranche-sur-Saône en 1967. Après des études d’Arts Appliqués à Lyon, et élève de Jean-Philippe Aubanel (peintre français) elle s’essaie aux motifs textiles et à la céramique.

En 2010, elle décide d’entreprendre un nouveau travail : un collage de ses propres photographies et de peinture sur toile, qu’elle signera sous le nom de Balthazar.

Je la découvre en 2016 au salon international d’art contemporain de Metz. Coup de cœur immédiat. Je prends note de son nom dans mon petit carnet et continue de la suivre.

Balcon sur la mer

Balcon sur la mer fait partie de sa collection : Mémoires d’hier

Elle explique que les tableaux de cette période font rejaillir l’enfant que nous avons été.  Au détour d’une odeur, d’un bruit, d’une image, elle redonne à cet enfant qui nous compose et nous rend unique, le temps de réexister.

Cette toile de 60 cm x 60 cm utilise ses photos personnelles et de la peinture acrylique.

Pourquoi ai-je choisi de vous parler de ce tableau ?

J’avais surtout envie de vous faire découvrir cette artiste dont j’estime le travail.

Il me fait ressentir beaucoup de choses et me fait voyager. C’est réellement les mêmes émotions quand je suis devant une de ses toiles, que lorsque je pars physiquement à la découverte d’un nouveau pays ou d’une nouvelle ville. J’ai ces picotements d’excitation liés à la découverte, à l’évasion et une sérénité que je n’ai qu’en voyageant.

D’ailleurs ces picotements sont similaires à ceux que je ressens à l’approche de Noël (eh! oui je suis toujours une enfant !). Coïncidence avec sa collection Mémoires d’hier ?

Ce qui est certain c’est que Balcon sur la mer est une oeuvre expressive. Il vous fait prolonger vos vacances. N’avez-vous pas l’impression d’être sur cette promenade face à cette mer calme, à regarder ces deux jeunes gens faire du paddle ? Le jeu de lumières, la couleur dominante blanche, ne vous font-ils pas ressentir le soleil qui cogne lors d’une chaude journée d’été ?

L’octogramme me fait penser à une architecture méditerranéenne, des pays du Maghreb et les épices d’un bon tajine se font sentir à mes narines.

Vous m’attendez deux petites minutes, je descends à la cave et je vous ramène une petite pépite ?

Vous voulez en savoir plus sur Balthazar ?

Si vous avez envie de découvrir ses œuvres, je vous invite à la rencontrer au  Salon International d’Art Contemporain ART3F  à Mulhouse du 29 novembre au 1 er Décembre 2019. Et en attendant vous pouvez aller les contempler sur son site internet.

Pot d’vache – Les Terres Blanches – Céline et Benoît Blet

Un vin rouge d’un cépage oublié

Les épices et les vacances qui émanent de ce tableau, ont fait qu’un vin rouge atypique et aromatique s’est invité à notre table, pour partager avec nous cette vue sur la mer.

Pourquoi atypique ? Les vacances changent de l’ordinaire, il fait soif d’ailleurs !

Malgré le fait que l’on reste en France, je contrebalance la chaleur de ce soleil par un vin d’une région un peu plus fraîche, comme la Loire.

Vous me direz Cabernet Franc, Gamay, Pinot Noir ? Presque…

Le Gamay de Bouze

Le Gamay de quoi ? Oui, de Bouze vous lisez bien ! Il s’agit d’une mutation du cépage gamay, d’où son nom apparenté.

C’est un ancien cépage que l’on utilisait au XIXe siècle pour donner de la couleur au vin.

D’origine bourguignonne, d’un petit village nommé Bouze* près de Beaune, il a décidé lui aussi de voyager et d’aller un peu plus à l’ouest du côté de la Touraine.

*(selon le traité d’ampélographie de Viala-Vermorel)

Quel rapport avec Balcon sur la mer ?

Comme expliqué au-dessus, la chaleur qui se dégage de l’oeuvre, me donne envie d’ouvrir un vin rouge de Loire un peu plus frais qu’un Rhône, par exemple. J’irai plus sur un Anjou dont le terroir de schistes et de grès amènent de la minéralité au vin et cette impression de fraîcheur.

L’architecture et la découverte liée à cette sensation de voyage/vacances, me font sortir des sentiers battus et aller vers un cépage que nous n’avons plus l’habitude de boire. Le Gamay de Bouze a cette spécificité de donner un vin coloré et inhabituel.

En nez et en bouche, les épices comme le poivre sont dominants. Les notes de fruits noirs arrivent ensuite. Les tannins sont présents, mais pas astringents (vous n’aurez pas l’impression que vos gencives sèchent !).

Vous n’avez jamais bu un vin pareil et je préfère vous prévenir qu’il peut ne pas vous plaire !

C’est un cépage original comme ce tableau où sont mixés collage et peinture et amusant/surprenant comme l’artiste féminin qui prend un pseudonyme masculin.

Et si je devais vous faire découvrir un vigneron ?

Je vous ferai découvrir Céline et Benoît Blet, un couple passionné et passionnant.

Leur domaine : les Terres blanches est situé à Oiron, dans les Deux-Sèvres à 45 minutes au sud de Saumur. Ils sont certifiés en agriculture biologique depuis 2010. Ils font principalement des vins en AOC Anjou. Et ils ont un Gamay de Bouze époustouflant, qui répond au doux nom de : Pot d’vache !

A boire et à partager avec un tajine, le voyage est garanti !

Cela vous donne envie d’essayer ?