La Lune partie 1

La Lune…Astre céleste inspirant, fascinant et guidant pour certains. Est-ce l’hiver qui m’a donné envie d’écrire sur elle ou le fait qu’il n’y a pas un soir où je ne la regarde pas ? En tout cas, aimant les petits bonheurs simples de la vie je voulais vous partager ce qu’elle est pour moi.

Museum of the Moon – Luke Jerram
photo by Johnjonson-photography.com

The Museum of the moon by Johnjonson-photography.com

La Lune de Luke Jerram photographiée par Niel James

Luke Jerram

Luke Jerram est anglais et à 46 ans. Il fait partie de nos artistes contemporains. Multi facette, à la fois sculpteur, créateur de scènes artistiques vivantes, il ne rentre pas dans une catégorie artistique et qu’est ce que j’aime ce genre d’artistes !

Son nom vous est peut-être inconnu, mais en tout cas français et françaises vous voyez une de ses initiatives à chaque fois que vous allez dans une gare.

Depuis quelques années maintenant, nos gares se sont munies de pianos mis à la disposition des gens. Et à l’origine il y a Luke Jerram ! « Play me, I’m yours » est le nom de ce projet à la base ambulant, qui s’est finalement sédentarisé avec la SNCF. Mais ce n’est pas pour cette idée – que je trouve géniale – que je vous parle de lui.

Museum of the Moon

Une de ses dernières créations est justement consacrée à la Lune. Peut-être avez-vous pu même la voir ? Museum of the Moon est son nom.

Cette représentation mesure 7 mètres de diamètre. Elle détaille la surface lunaire grâce à une image de 23 mètres prise par un satellite de la NASA au 1: 500 000 (ce qui veut dire qu’un centimètre= 5 kilomètres).

Pourquoi ai-je choisi de vous parler de cette oeuvre ?

Le choix a été difficile, la Lune depuis toujours est une source d’inspiration pour de nombreux artistes. Ces représentations se comptent par dizaine de milliers (et encore je dois être loin du compte !), tant en peinture, qu’en musique, en poésie ou en photographie.

Le concept de Luke Jerram est selon moi, la réalisation de l’expression « décrocher la Lune ». C’est ce qui est exceptionnel dans cette oeuvre. Elle rend TOUT possible.

J’aime qu’elle parcourt le monde et qu’elle soit accessible à tous les curieux du monde entier. Cela permet aux gens de l’admirer, de la contempler sous toutes les coutures et cette proximité : c’est fascinant.

La grandeur de certaines œuvres m’impressionne. Un mélange de fabuleux et d’une pointe de démence en même temps. L’effet, je trouve, est alors nettement plus percutant. La folie douce par excellence.

L’oeuvre ainsi proche de vous, vous hypnotise, comme la Lune elle-même. Elle force à s’arrêter, à prendre le temps de contempler, de découvrir quelque chose que nous avons au-dessus de notre nez tous les jours, mais que nous ne voyons plus ou qui pour nombre de personnes est acquis. C’est là, depuis toujours, donc c’est normal. Mais déconnectons-nous un moment. Regardons et surtout apprécions la beauté de ces « petits bonheurs simples » qui nous entourent.

Mais encore ?

Avec cet article, vous comprendrez pourquoi j’aime l’art. Il nous force à s’arrêter, à s’interroger et à se remettre en question. Certes tout le monde n’est pas obligé d’apprécier, mais avec cette création, je pense que même les commentaires des plus sceptiques s’adouciront lorsqu’ils seront face à elle.

Vous souhaitez la voir en vrai ?

Vous trouverez sur le site du projet le calendrier de ses prochaines visites (actuellement au Royaume-Uni et en Autriche, si jamais un petit week-end à Vienne vous tente…!).

Pour continuer notre voyage dans les étoiles, il nous faut un vin qui…

Champagne Les Rachais – Francis Boulard & Fille

Un vin qui pétille

Pour continuer notre voyage dans les étoiles, mes sens doivent aussi voyager.

Et pour cela quoi de plus naturel que des bulles ? Cela scintille dans le verre, cela pétille sur la langue, c’est déstabilisant et un peu extravagant !

Dans tous les cas je pars sur un vin effervescent.

Il existe plusieurs techniques pour donner de l’effervescence au vin. Mais déjà pour démarrer, ce que vous devez savoir c’est que les bulles sont obtenues grâce à une seconde fermentation pour la plupart des vins pétillants. Cette seconde fermentation se passe :

  • soit dans la bouteille directement c’est ce que l’on appelle la méthode traditionnelle
  • ou alors en cuve close i.e. hermétique où le dioxyde de carbone (produit lors de cette seconde fermentation) ne peut s’échapper.

Il y a de nombreux excellents vins effervescents mais mon choix se porte sur…

Un Champagne !

Si la Lune offre cette dimension d’exception et de magie, le choix du Champagne viendra sublimer ce voyage.

Mais dans le Champagne, le choix est vaste.

Je choisirai plutôt une cuvée blanc de blancs : c’est à dire à base de 100% Chardonnay. Avec une belle acidité, des arômes floraux délicats, d’agrumes, de pomme voire même de pêche selon les années et des notes autolytiques (dûes à l’élevage sur lies) de brioche et de biscuit…hmm je salive déjà !

Quel rapport avec Museum of the Moon ?

Cette oeuvre de part sa blancheur, me fait de toute façon partir sur un vin blanc. Une robe jaune dorée offerte par le Champagne et des bulles fines qui scintilleraient et rappelleraient les étoiles.

Quant aux arômes, il faut qu’ils caractérisent le côté confident de la Lune, avec des arômes réconfortants comme ceux de biscuit mais aussi le côté suave avec des notes florales ou d’agrumes qui rappellent un jardin, un cocon de verdure loin des regards et de l’agitation.

Quant aux bulles, c’est notre moyen de locomotion qui nous emmène sur la Lune. Elles ont se côté hypnotisant et équilibré, qui balance parfaitement notre voyage dans les étoiles et un retour en douceur sur Terre.

C’est pour cela que l’on ne part pas sur n’importe quel vin effervescent. Dans tous les cas, il vous faut une bulle fine et délicate. On ne veut pas comme les astronautes se prendre 4 g au décollage !

Si vous choisissez un Champagne dont la fermentation et l’élevage sur lies ont été long, vous obtiendrez une bulle plus fine.

Et si je devais vous faire découvrir un vigneron ?

Ce serait la maison Francis Boulard & Fille. Le domaine est conduit en agriculture biologique et je trouve que c’est important de le signaler car le climat champenois n’est pas toujours aidant.

Concernant le Champagne que j’aimerai partager avec vous ce serait leur cuvée Les Rachais. Une cuvée prestigieuse blanc de blancs. Tout y est : de la finesse des bulles au arômes délicats et intenses, un Champagne d’exception pour décrocher la Lune !

Et vous qu’avez-vous envie de déguster pour un voyage sur la Lune ?