Mozart et Il Paradiso Di Frassina

L’art ne se résume pas qu’à la peinture ou à la photographie. Aujourd’hui ce n’est pas moi qui vous le propose, mais nous allons mettre en éveil, non pas nos yeux, mais nos oreilles. A vos casques ou à vos enceintes !

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Wolfgang Amadeus Mozart

Je m’attaque à un sacré monument de la musique ! Même si vous savez qui il est et que l’exercice est difficile, essayons tout de même de le présenter succinctement.

Wolfgang Amadeus Mozart dit Mozart (1756-1791).

Son nom de baptême est Joannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus Mozart. Né à Salzbourg en Autriche actuelle, en 1756, il est l’un des compositeurs majeurs de l’histoire de la musique.

Prodige à l’oreille absolue, il sait décrypter des partitions avant même de savoir lire et écrire. Il compose dès 6 ans ses premières pièces. Entre l’âge de 7 et 8 ans, il compose plus de 50 œuvres ! Ne nous comparons pas, soyons indulgents envers nous même !

Mozart c’est entre autres : La Flûte Enchantée, une petite musique de nuit, son Requiem ou encore Don Giovanni.

En quelques mots, c’est aussi un jeune homme avec du caractère. Franc-maçon, il est épris de liberté, il se brouille souvent avec la noblesse, il ose des œuvres engagées comme Le nozze di Figaro (les noces de Figaro) et il dilapide l’argent qu’il gagne.

Il meurt prématurément le 5 décembre 1791 âgé de 35 ans, criblé de dettes et en ayant écrit pas moins de 600 œuvres.

Symphonie N°40

Je n’ai pas pu vous mettre la symphonie originale qui dure environ 30 minutes. N’hésitez pas à aller l’écouter.

Concernant la musique de Mozart, je reprendrai la description on ne peut plus précise faite par France Musique :

« Le génie de Mozart tient à l’originalité décisive qu’il fait naître de sa maîtrise parfaite des genres : il réussit à la perfection à allier lyrisme de la mélodie italienne et technicité du contrepoint allemand en un style à l’expressivité unique. »

Pourquoi ai-je choisi de vous parler de cette symphonie ?

Très honnêtement parce que c’est la musique que j’ai entendue dans les vignes d’un vignoble en Toscane cet été. Nous venions de parcourir plusieurs dizaines de kilomètres à bord de notre van aménagé, lorsque soudain après quelques chemins de traverse, nous arrivons enfin ! Nous ouvrons les fenêtres et résonne alors cette divine mélodie.

L’effet est surprenant allié à quelque chose de magique ! Nous sommes hors du temps.

C’est sûrement l’un de ses morceaux les plus connus. Peut-être est-ce mon très lointain passif de danseuse classique, mais je ne peux m’empêcher de faire quelques pas et révérences en entendant ces premières notes.

Suis-je la seule à vouloir me prendre pour une cheffe d’orchestre aux environs de la 30 ème seconde ? Avouez, que vous aussi vous bougez vos mains ! :)

Cette musique est douce, pétillante tout en alliant la complexité due aux différentes successions de rythme.

L’évasion se fait au delà du lieu qui est sublime, elle se fait aussi dans le temps grâce à cette musique.

Vous allez me dire, mais que déguster comme flacon avec cette symphonie ?

Un vin de Toscane

L’accord dont je m’apprête à vous parler n’est pas de moi ( Eh oui ! Il existe d’autres personnes « originales » comme moi :) ).

D’ailleurs cet article va même être un peu différent des précédents.

Ce vignoble toscan dont je vous parlais dans la colonne de gauche, a 9 hectares et est certifié en agriculture biologique. Situé au cœur de l’appellation de Brunello, il propose des vins de :

  • Brunello di Montalcino
  • Maremma Toscana
  • et Rosso di Montalcino

Il Paradiso Di Frassina

Le propriétaire Giancarlo dit Carlo Cignozzi a décidé dans les années 2000 de se lancer dans un projet original.

Il part d’un constat : la musique fait du bien aux hommes, pourquoi ne serait-elle pas bénéfique aux plantes et notamment à la vigne ?

Quel rapport avec Mozart ?

Il décide donc de sélectionner quelques parcelles de sangiovese et d’y diffuser des morceaux de Wolfgang. Il aura d’ailleurs fait l’essai avec différents compositeurs avant de faire son choix final sur Mozart.

Le projet paraît fou, puis au fur et à mesure de la visite nous apprenons que les universités de Florence et de Pise ainsi que l’équipementier Bose suivent ce domaine de près. Ils y ont mené de nombreuses études concernant l’impact de la musique sur la vigne et il est vrai que celle-ci a des vertus.

Voici quelques résultats :

  • La taille et l’épaisseur de la feuille augmente, ce qui augmente également son taux de chlorophylle
  • L’utilisation du souffre et du cuivre peut être réduit de 50% sans impacter la santé de la vigne
  • Les raisins ont un taux d’anthocyanes (pigments qui donnent la couleur au vin) et de polyphénols (pouvoir antioxydant) plus élevés.

D’autres études sont régulièrement faites avec des résultats, qu’il faut avouer bluffants.

Et que donne ses vins ?

J’ai dégusté deux de ces vins issus de parcelles qui sont -selon ses dires – perfusées à la musique de Mozart 24 heures sur 24 !

  • Flauto Magico et Moz Art Wine

Ces deux vins sont 100% sangiovese (cépage local) et sont très fruités. Le premier est vieilli 48 mois en fût de chêne et le second, 36 mois.

Des arômes de fruits rouges comme la cerise sont assez frappants. Les tanins sont fondus et l’acidité encore élevée (assez typique des vins de ces cépages là). Concernant le deuxième vin, les arômes d’élevage notamment de musc se font plus ressentir.

Je suis en tout cas ravie d’avoir rencontré ce personnage haut en couleur. Certains de ses vins sont représentatifs de son projet : un peu originaux mais qui ont le mérite d’exister. Cela m’aura ouvert à d’autres horizons plus mélo-scientifiques !

Vous souhaitez visiter ce domaine ?

Il Paradiso Di Frassina est situé à Montalcino. Il vous suffit de leur envoyer un mail pour prendre rendez-vous et l’équipe vous accueillera avec plaisir ! A défaut de vous y rendre, je vous ai mis quelques photos en diaporama à la suite de la photo de la bouteille.