Tour du monde des vendanges 2017

L’année 2017 s’achève. Il est temps d’avoir un point de vue général sur les vendanges dans les grands pays viticoles. Historiquement, 2017 sera sur les vendanges les plus faibles et l’OIV a déclaré que la production mondiale de vin avait atteint son plus bas niveau depuis 20 ans.

USA

La saison a commencé avec des précipitations qui ont fait du bien et reconstitué les réserves, mettant fin à une sécheresse de cinq ans. Les vendanges 2017 ont débuté début août, par rapport à 2016 et 2015, avec une vague de chaleur fin août et des températures plus fraîches mi-septembre, permettant une maturation tardive des raisins rouges.

En Californie, malgré les incendies ravageurs qui ont commencé le 9 octobre, la récolte est terminée à 90%. Le 15 novembre, la Newsletter des vins californiens nous a informé que les vignobles et les caves de l’État n’étaient pas affectés de manière significative.

2017 devrait être un millésime qualitatif, en particulier pour les blancs de début de saison et les rouges à maturation tardive.

CHILI

Après des conditions météorologiques difficiles pour le Chili, en 2016 en raison d’El Niño, des épisodes plus secs de La Niña ont fait que les récoltes de 2017 ont commencé un mois plus tôt. Les baies sont plus petites mais avec un haut niveau de maturité.

Cependant, les rendements sont en baisse de -21/22%. Quelques incendies de forêt ont été déclarés à Maule et Itata avec des dégâts limités, un goût fumé peut être attendu dans certains vins de ces régions.

ARGENTINE

En Argentine, la production a augmenté de 25% pour atteindre 11,8 millions d’hectolitres par rapport à 2016.

Même si certaines gelées de printemps ont causé des dégâts importants dans de nombreux vignobles, les conditions plus sèches ont été les bienvenues après plusieurs années de précipitations supérieures à la normale. La qualité n’en sera que meilleure, en particulier pour le Malbec à Mendoza.

AFRIQUE DU SUD

En 2017, le volume de la récolte l’Afrique du Sud est resté stable avec 10,8 millions d’hectolitres, contre 10,5 millions d’hectares en 2016.

Une très bonne qualité potentielle pour les raisins issus de Cap occidental peut être signalée.

La sécheresse a offert en conséquence une grande concentration de couleur et de saveur. Cependant, le début de saison 2018 semble difficile pour les vignerons sud-africains, car le Cap occidental continue de souffrir de la sécheresse ce qui aura un impact sur la croissance et le volume de production des raisins.

ITALIE

L’Italie a souffert du gel et de la vague de chaleur «Lucifer», qui aura favorisé l’absence de maladies. C’est un bon point pour les raisins qui seront plus sains, laissant égalent présager une bonne maturité donc qualité.

Néanmoins, ces vendanges devraient être les plus faibles en quantité depuis 1957 avec -23% .

ESPAGNE

Le gel au printemps a causé des dégâts importants, certaines régions du Nord et du Nord-Est ayant été détruites jusqu’à 60%.

L’Espagne devrait également voir ses récoltes diminuer de 15% pour atteindre 33,5 millions d’hectolitres.

On peut prévoir une qualité sur les rouges plus élevée, grâce à un temps légèrement plus frais à la fin de l’été.  Ce qui pourrait avoir une influence sur les prix notamment des vins de La Rioja et de Ribera del Duero, qui devraient augmenter après plusieurs années de stagnation.

FRANCE

De fortes tempêtes de grêle et d’importantes gelées ont frappé presque toutes les régions viticoles de France en avril.

Heureusement pour certaines régions la floraison n’a pas été affectée et les vendanges ont parfois commencé mi-août, soit 1 ou 2 semaines en avance par rapport à la date prévue.

Des raisins sains et matures laissent les vignerons confiants sur ce millésime qui selon eux restera dans les mémoires pour sa qualité, et non pas seulement pour sa rareté. En général, la quantité baisse de 19% et est la plus faible depuis 1945 ! La Bourgogne a quant à elle connu l’une de ses plus grosses récoltes depuis 2009.

AUSTRALIE

La production en Australie a augmenté de 6% par rapport à 2016 pour la troisième année consécutive, représentant 13,9 mhl.

Selon Matt Smith (acheteur Bibendum): «Le millésime 2017 peut être globalement résumé comme une récolte tardive après une longue période de maturation plus fraîche. Cela a conduit à des vins d’une grande finesse et qualité. Les blancs sont brillants et vifs avec une grande élégance tandis que les rouges sont purs, fruités et présentent un énorme potentiel. »

NOUVELLE-ZELANDE

La Nouvelle-Zélande a connu une saison de croissance fraîche, suivi d’un bel été mais parfois accompagné d’un temps humide juste avant la récolte ( à quelques exceptions près).

Même si une baisse de 9% pour la production à 2,9 mhl a été enregistrée, la qualité du millésime est positive.

Concernant la qualité : une forte concentration de saveur et une grande acidité peuvent être constatées pour les raisins qui ont été ramassés tôt, en particulier pour le Chardonnay et le Pinot Noir de Marlborough.

EN RESUME

Même si certains pays arrivent en tête avec un bon volume de récolte pour cette année 2017 et une qualité des vendanges qui devrait être bonne, la question de la hausse des prix pour les consommateurs doit être gardée à l’esprit.

L’avenir nous le dira.